Look here at the => ABSTRACTS
 
Barbara Dufour
 
JOURNÉE AEEMA - AESA, 4-5 juin 2009 - COMMUNICATIONS ORALES, 5 juin 2009
 
Sarah Welby, Carine Letellier, D. Fretin, J. Hooyberghs, L. Vanholme, J. Godfroid & Y. Van der Stede
La Belgique est officiellement indemne depuis 2003 pour la brucellose et 1999 pour la leucose bovine enzootique. Selon la législation européenne [Directive du conseil 64/432/CEE], une réévaluation du protocole d’échantillonnage en fréquence et en nombre est autorisée. La présente étude a été réalisée afin de déterminer un protocole d’échantillonnage permettant une optimalisation de l’allocation des ressources et une sensibilité accrue de détection. La méthode d’arbres à scénarios développée par Martin et al. [2007] a été utilisée. Cette étude a permis d’illustrer l’efficacité de ces modèles en tant qu’outils épidémiologiques pour correspondre aux standards internationaux, qui exigent des Etats Membres d’appliquer des systèmes de surveillance fondés sur le risque et garantissant un niveau de confiance statistique acceptable.
 
Marie-France Humblet, K. Warlravens, O. Salandre, Maria-Laura Boschiroli, M. Gilbert, D. Berkvens, Maryse Fauville-Dufaux, J. Godfroid, J. Dufey, A. Raskin, L. Vanholme & C. Saegerman
La situation actuelle de la tuberculose bovine reste préoccupante au sein de l’Union Européenne, malgré les programmes d’éradication. Le but de cette étude était de développer une méthode utile et originale d’évaluation des pratiques d’intradermo-tuberculination dans différentes régions par une enquête postale menée auprès des vétérinaires praticiens ruraux belges (N = 859). Plusieurs paramètres concernant la tuberculination étaient inclus. Les réponses furent évaluées selon une échelle de notes élaborées selon l’avis d’experts internationaux en matière de tuberculose bovine : pour chaque paramètre, 0 correspondait à la réponse « idéale », 1 à la réponse « acceptable » et 2 à la réponse « inacceptable ». Une note globale a été calculée par participant, en additionnant les notes obtenues pour chaque question. Celle-ci a été comparée à la note idéale de 0 attribuée par des experts. Le taux de réponse était statistiquement représentatif (18,3%). Les moyennes des notes globales pour le Nord (21,66%) et pour le Sud du pays (21,02%) ne différaient pas statistiquement mais s’écartaient de la valeur nulle. Les pratiques en termes de tuberculination, tant au niveau régional qu’au niveau international doivent être harmonisées. La rédaction par les autorités sanitaires d’un manuel pour les vétérinaires est à recommander. Ce type d’étude pourrait être répété à l’avenir pour vérifier le suivi des recommandations.
 
Isabelle Corrégé, Anne Hémonic & B. Gouvars
L’objectif de cette étude est de préciser les conditions d’élevage associées à la séroprévalence "salmonelles" des porcs en élevages naisseurs-engraisseurs et engraisseurs. Le statut sérologique « salmonelles » a été établi à partir de « jus de viande » avec le coffret sérologique IDEXX. Des questionnaires ont permis de collecter les informations relatives aux facteurs de risque potentiels. L’analyse statistique a été effectuée par régression logistique pour les deux types d’élevages. Pour les élevages naisseurs-engraisseurs, les conditions d’élevage mises en évidence concernent le statut sanitaire de l’élevage, les traitements réalisés, l’alimentation en soupe des gestantes et en engraissement, l’abreuvement par sucettes en post-sevrage, les conditions d’embarquement des porcs ainsi que le respect du protocole de nettoyage-désinfection. Pour les élevages engraisseurs, le nombre d’origines différentes de porcelets et le nombre de traitements antibiotiques en engraissement sont mis en évidence.
 
Sabine Cardoen, X. Van Huffel, D. Berkvens, Sophie Quoilin, Geneviève Ducoffre, C. Saegerman, N. Speybroeck, H. Imberechts, L. Herman, R. Ducatelle & Katelijne Dierick
Une méthode semi-quantitative a été développée afin de hiérarchiser une liste étendue de zoonoses alimentaires. Des notes ont été données de manière standardisée par 35 experts à 51 agents zoonotiques, sur base de cinq critères relatifs à la santé publique (sévérité et occurrence chez l’homme), à la santé animale (sévérité de la maladie couplée aux conséquences économiques et occurrence chez les animaux) et à l’alimentation (occurrence dans les denrées alimentaires). Indépendamment, l’importance relative des cinq critères a été pondérée par sept gestionnaires du risque de la chaîne alimentaire. Les agents zoonotiques ont été classés selon leur note totale pondérée en quatre groupes d’importance statistiquement différente. Les agents du groupe de grande importance sont Salmonella spp.Campylobacter spp., Listeria monocytogenes et Escherichia coli vérocytotoxinogènes (VTEC). Ces résultats sont utiles pour l’établissement du programme annuel de contrôle. Ils permettent également d’identifier des manques de connaissance et de proposer des thèmes de recherche.
 
Maria Cristina Bona, Maria Caramelli, Cristiana Maurella, Silvia Bertolini & G. Ru
La surveillance active de la tremblante a été mise en place depuis 2002, à la suite d’une obligation communautaire (Règlement 999/2001) ; ce programme vise a tester chaque année, un nombre minimal d’animaux de plus de 18 mois prélevés au hasard, d’une part, dans la population des animaux abattus pour la consommation humaine et, d’autre part, dans la population des animaux trouvés morts. En Italie, les données de prévalence pour la catégorie de risque ont confirmé que la probabilité de détection de la maladie est beaucoup plus élevée à l’équarrissage par rapport à l’abattoir. L'objectif de ce travail est de vérifier si la répartition géographique du nombre d'animaux testés à l’équarrissage peut être utilisée pour évaluer l'efficacité du système de surveillance de la tremblante. Il vise également à évaluer si le niveau de surveillance dans les régions au cours des années a été homogène.
 
C. François, J-P Joly, Céline Garcia, Laurence Miossec, Isabelle Arzul, Maeva Robert, Emmanuelle Omnes, B. Chollet & T. Renault
Le réseau REPAMO (REseau de PAthologie des MOllusques) de l'Ifremer est le réseau national de surveillance de la santé des mollusques marins du littoral français. Il assure une mission réglementaire et une activité de service public déléguée par le Ministère de l’agriculture et de la pêche à travers la DGAl (Direction générale de l’alimentation). Ses objectifs sont de prévenir l’introduction et la propagation d’agents pathogènes, en particulier ceux à déclaration obligatoire et de surveiller l’évolution de ceux déjà présents sur le territoire national.
 
Séverine Rautureau, Barbara Dufour & B. Durand
L’objectif de ce travail était de fournir des données nécessaires à une analyse de réseau et de constituer un modèle de diffusion de la fièvre aphteuse dans le réseau d’élevages français. L’analyse a porté plus précisément sur la diffusion silencieuse du virus avant la découverte du premier foyer. Pour cela, une première partie a consisté à collecter les données d’élevages disponibles notamment les données d’échanges (réelles pour les bovins) puis de proposer un protocole d’estimation de la diffusion silencieuse d’une épizootie, en termes de nombre d’élevages infectés et d’extension géographique. Le modèle proposé prend en compte la diffusion locale et la diffusion à distance via les mouvements d’animaux. Les travaux ont été illustrés par une comparaison de deux lieux d’introduction différents de la maladie, la Bretagne et la région PACA ; l’intensité et la rapidité de la phase silencieuse sont plus importantes lors d’introduction en Bretagne, région à plus fortes densités d’élevage et activités en matière de mouvement.
 
Sarah R. Porter, C. Saegerman, Gaby Van Galen, Charlotte Sandersen, Catherine Delguste, H. Guyot & Hélène Amory
L’objectif de cette étude est de décrire les facteurs de risque de cette maladie. Un total de 153 équidés, admis à la clinique équine de l’Université de Liège, ont été inclus dans l’étude, 9 atteints d’endocardite et 144 avec un diagnostic initial incluant l’endocardite mais infirmé par la suite. Une étude rétrospective a été réalisée. Les équidés atteints d’endocardite étaient significativement plus jeunes (âge moyen = 4,84 ± 5,74 ans) que les équidés non atteints (âge moyen = 10,8 ± 7,73 ans) (P = 0,01). Les animaux présentant de l’hyperthermie (Odds ratio [OR] = 24,4 ; IC = 1,40 - 428), une distension synoviale (OR = 13,4 ; IC = 3,00 - 59,8), une boiterie (OR = 6,52 ; IC = 1,63 - 26,1), une hyperglobulinémie (OR = 26,4 ; IC = 3,03 - 229), une hypoalbuminémie (OR = 11,4 ; IC = 1,34 - 96,8), une hyperfibrinogénémie (OR = 9,81 ; IC = 1,16 - 82,7) ou une leucocytose (OR = 7,12 ; IC = 1,40 - 36,4) présentaient un risque significativement plus élevé d’être atteints d’endocardite. La présence de deux des signes cliniques cités ci-dessus augmentait significativement la probabilité d’un diagnostic d’endocardite (P ≤ 0,05).
 
Claire Martin, Carine Letellier, D. Gauthier, N. Jean, Anahita Shaffii & C. Saegerman
La transmission interspécifique est régulièrement incriminée dans l’épidémiologie des pestiviroses ; notamment dans les alpages où des ongulés sauvages et domestiques cohabitent. L’objectif de cette étude séro-épidémiologique longitudinale menée de 2003 à 2007 dans le département français des Hautes-Alpes a été de mettre en évidence une circulation de Pestivirus chez des ongulés sauvages pour évaluer leur implication dans la transmission de Pestivirus. Des taux de séroconversion atteignant 45,9% (intervalle de confiance à 95% : IC95% : [40,5-51,3%]) chez des chamois (Rupicapra rupicapra) et 61,1% (IC95% : [38,6-83,6]) chez des mouflons (Ovis amon musimon) ont été révélés et étaient associés à des densités optiques significativement supérieures chez les mouflons. Des séroneutralisations comparatives de 15 sérums positifs de chamois envers 7 souches de Pestivirus distinctes ont permis de montrer que deux souches de Border Disease Virus (Av et 33s) étaient les plus neutralisées. Des titres significativement inférieurs ont été obtenus envers la souche 3534 (Bovine Viral Diarrhea Virus 2). Les résultats de séroconversion et de séroneutralisation indiquent une circulation d’un Border Disease Virus au sein de la zone d’étude. Aucun Pestivirus n’a été mis en évidence par réaction d’amplification en chaîne par polymérase après transcription inverse, ni par isolement viral. Une amélioration du protocole de prélèvement et de transport des échantillons a été envisagée afin de pouvoir isoler et caractériser la souche circulante.
 
Cécile Gotteland, Sophie Lubac & D.J. Bicout
De par sa situation géographique et son environnement, la région de la Dombes rassemble à la fois des espèces d’oiseaux sauvages sédentaires et migratrices, et plusieurs élevages de volailles ayant accès à un parcours extérieur. C’est dans cette région que sont apparus les premiers cas d’IAH