Thème 5 : COVID-19 et animaux de laboratoire

 

 

Les articles sont présentés du plus récent au plus ancien. Les articles mis sur le site au cours des 30 derniers jours sont repérés par l'indication New

Pour y accéder, cliquez sur le titre en gras et bleu

 

 
 

NewAd26.COV2.S-elicited immunity protects against G614 spike variant SARS-CoV-2 infection in Syrian hamsters and does not enhance respiratory disease in challenged animals with breakthrough infection after sub-optimal vaccine dosing

     Auteurs : van der Lubbe J. E. M. et al.

     Source : bioRxiv

     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 8 janvier 2021 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 17 janvier 2021)

 

Les auteurs confirment que le candidat vaccin Ad26.COV2.S est efficace pour protéger le hamster d’une infection intranasale par le mutant G614 du SARS-CoV-2 et confirment l’absence d’effet de facilitation de l’infection respiratoire.

 

NewProtection against reinfection with D614- or G614-SARS-CoV-2 isolates in hamsters

     Auteurs : Brustolin M. et al.

     Source : bioRxiv

     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 7 janvier 2021 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 17 janvier 2021)

 

L’article montre qu’une première infection par le SARS-CoV-2 du hamster soumis à une nouvelle épreuve avec le virus originel ou le mutant D614 ne confère pas une immunité complète chez cet animal, une réplication virale se produisant dans ses voies respiratoires supérieures sans que survienne une pneumopathie.

 

NewCOVID-19 vaccine candidates based on modified vaccinia virus Ankara expressing the SARS-CoV-2 spike induce robust T- and B-cell immune responses and full efficacy in mice

     Auteurs : García-Arriaza J. et al.

     Source : Journal of Virology

     Date de publication : 7 janvier 2021 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 17 janvier 2021)

 

Développement d’un vaccin contre la COVID-19 fondé sur le virus de la vaccine exprimant la protéine de spicule entière du SARS-CoV-2 et immunité obtenue chez des souris de souche K18-hACE2.

 

 NewImmunogenicity of an AAV-based, room-temperature stable, single dose COVID-19 vaccine in mice and non-human primates

     Auteurs : Zabaleta N. et al.

     Source : bioRxiv

     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 5 janvier 2021 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 17 janvier 2021)

 

Démonstration de l’immunité conférée chez les souris de souches BALB/C et C57BL/6 et des macaques rhésus après administration d’une seule dose de deux candidats vaccins à adénovirus exprimant divers antigènes du SARS-CoV-2.

 

NewTMPRSS2 structure-phylogeny repositions Avoralstat for SARS-CoV-2 prophylaxis in mice

     Auteurs : Joo Sun Y. et al.

     Source : bioRxiv

     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 4 janvier 2021 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 17 janvier 2021)

 

L’avoralstat inhibe l’entrée et la réplication du SARS-CoV-2 dans les cellules épithéliales du système respiratoire de l’Homme. Cette molécule utilisée en tant que traitement chez des souris sensibles au virus réduit significativement les titres viraux dans leurs tissus pulmonaires et limite leur perte de poids, indiquant qu’elle pourrait être utilisée dans le traitement de la COVID-19 chez l’Homme.

 

NewOPENDATA PORTAL – Animal models

     Auteur : U.S. Department of Health & Human Services - NIH Accelerating COVID-19 Therapeutic Interventions and Vaccines (ACTIV) Preclinical Working Group

     Source : U.S. Department of Health & Human Services - National Institutes of Health

     Date de publication : 23 décembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 17 janvier 2021)

 

Il s’agit d’un portail donnant accès à des lignes directrices et des vidéos sur les meilleures pratiques à utiliser en matière de modèles animaux pour la recherche sur la COVID-19.

 

     Auteurs : Li D. et al.
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 2 janvier 2021 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 10 janvier 2021)
 
Par épreuve virale chez la souris et des primates non-humains, les auteurs montrent que des anticorps humains dirigés contre des parties différentes de la protéine de spicule du SARS-CoV-2 peuvent être protecteurs chez ces animaux alors que des évaluations in vitro laissent penser que certains de ces anticorps favorisent l’expression de la maladie.
 
     Auteurs : Liu R. et al.
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 1er janvier 2021 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 10 janvier 2021)
 
Essai chez la souche de souris hACE d’un vaccin recombinant préparé à l’aide du virus de la vaccine exprimant la protéine de spicule du SARS-CoV-2 et administré en deux injections.
 
     Auteurs : Port J. R. et al.
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 28 décembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 10 janvier 2021)
 
Comparaison chez le hamster doré de l’effet de différentes voies d’exposition au SARS-CoV-2 (par inoculation intranasale, aérosol, supports inanimés) en matière de pathologie respiratoire, de charge virale, de perte de poids et d’excrétion virale.
 
     Auteurs : Hassert M. et al.
     Source : PLOS PATHOGENS
     Date de publication : 16 décembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 10 janvier 2021)
 
Utilisation d’une nouvelle méthode pour faire exprimer le récepteur ACE2 humain chez la souris, qui a permis de caractériser la réponse immunitaire au SARS-CoV-2 chez la souris, en particulier en ce qui concerne les épitopes fonctionnels des cellules T. Les auteurs considèrent cette information comme essentielle, notamment pour l’évaluation de vaccins.
 
     Auteurs : Plante J. A. et al.
     Source : Nature
     Date de publication : 26 octobre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 10 janvier 2021)
 
Les auteurs étudient en particulier l’effet de l’infection du hamster par la souche du SARS-CoV-2 devenue dominante dans le cours de l’épidémie de COVID-19 (mutation D614G de la protéine de spicule). Chez cet animal, cette souche est mieux adaptée à l’appareil respiratoire supérieur sans que la charge virale dans les poumons soit modifiée. Les résultats d’une infection compétitive entre souche originelle et souche devenue dominante sont aussi donnés.
 
     Auteurs : Xue X. et al.
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 25 décembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 3 janvier 2021)
 
Une perte d’audition importante ayant été constatée chez certaines personnes atteintes par la COVID-19, les auteurs se sont intéressés aux dommages causés par le SARS-CoV-2 sur le système auditif en utilisant comme modèles la souris et le hamster.
 
     Auteurs : Rauch S. et al.
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 23 décembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 3 janvier 2021)
 
Conception d’un vaccin à ARN messager dont les nucléotides n’ont pas été modifiés chimiquement (avantage : permettre une administration à faible dose), qui induit une solide réponse immunitaire et cellulaire chez des primates non-humains.
 
     Auteurs : Sahakijpijarn S. et al.
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 23 décembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 3 janvier 2021)
 
Meilleure efficacité, par comparaison à une administration intraveineuse, du remdesivir pour traiter l’atteinte pulmonaire due à l’infection par le SARS-CoV-2 chez le hamster lorsque le produit se présente sous forme de poudre à inhaler préparée en utilisant un système de congélation en couche mince.
 
     Auteurs : Wang W. et al.
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 23 décembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 3 janvier 2021)
 
Les auteurs rapportent avoir mis au point un vaccin contre le SARS-CoV-2, ayant pour support des nanoparticules de ferritine, qui induit une immunité de longue durée chez la souris.
 
     Auteurs : Baisa G. et al.
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 21 décembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 3 janvier 2021)
 
Conception de vaccins préparés à partir d’antigènes issus de deux régions distinctes de la sous-unité S1 du spicule du SARS-CoV-2 fusionnés au domaine Fc d’IgG1 d’origine humaine. Celui des vaccins contenant le domaine de liaison viral au récepteur cellulaire ACE2 génère une activité de neutralisation du virus chez le macaque crabier qui s’avère efficace, durable et bien plus élevée que chez l’individu convalescent.
 
     Auteurs : Bewley K. R. et al.
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 21 décembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 3 janvier 2021)
 
Recherches visant à montrer l’absence d’accident de vaccination se traduisant par une facilitation de l'infection, tel qu’il s’en produit avec le SARS-CoV-1 et le MERS, en testant chez le furet et le macaque rhésus un vaccin à virus inactivé et adjuvé dirigé contre le SARS-CoV-2.
 
     Auteurs : Singh D. K. et al.
     Source : Nature Microbiology
     Date de publication : 18 décembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 3 janvier 2021)
 
La détresse respiratoire aiguë provoquée par le SARS-CoV-2 chez les macaques et les babouins est en correspondance avec la progression de la COVID-19 chez l’être humain, ce qui fait de ces animaux des modèles intéressants pour tester des vaccins et des médicaments.
 
     Auteurs : Hörner C. et al.
     Source : PNAS
     Date de publication : 30 novembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 3 janvier 2021)
 
Développement d’un candidat vaccin de la rougeole exprimant la glycoprotéine de spicule du SARS-CoV-2, qui induit une réponse immunitaire élevée chez la souris après deux injections et une protection chez le hamster doré après épreuve avec un isolat viral d’origine humaine ayant subi très peu de passages.
 

NewAnimal models for SARS‐CoV‐2 research: A comprehensive literature review

     Auteurs : Pandey K. et al.
     Source : Transboundary and Emerging Diseases
     Date de publication : 31 octobre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 3 janvier 2021)
 
A partir des connaissances déjà disponibles pour le SARS-CoV et le MERS, les auteurs discutent des modèles animaux qui reproduisent les caractéristiques de la COVID-19 humaine de la façon la plus proche, ainsi que des avantages et des inconvénients des différentes méthodes disponibles pour utiliser ces modèles.
 
     Auteurs : Wu Y. et al.
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 20 décembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 27 décembre 2020)
 
Les auteurs considèrent ce candidat vaccin comme très prometteur car, après deux ou trois injections, il a généré de hauts titres en anticorps chez les souris, les hamsters et les primates non-humains. En outre, les hamsters vaccinés n’ont subi aucune perte pondérale et n’ont manifesté aucun symptôme de COVID-19 après épreuve virulente.
 
     Auteurs : Nouailles G. et al.
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 19 décembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 27 décembre 2020)
 
Il s’agit d’analyses spatio-temporelles des processus cellulaires et moléculaires en jeu au niveau pulmonaire chez le hamster doré infecté par le SARS-CoV-2, qui, lorsqu’on les compare à des jeux de données provenant de patients atteints de la COVID-19, montrent une remarquable concordance de ces processus entre les deux espèces.
 
     Auteurs : Hou Y. J. et al.
     Source : Science
     Date de publication : 18 décembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 27 décembre 2020)
 
La comparaison du nouveau variant du SARS-CoV-2 (contenant la mutation D614G) à sa forme ancestrale apparue à Wuhan (R. P. de Chine) dans les cellules humaines et dans deux modèles animaux (souris de souche hACE2, hamster doré) montre une très faible modification de virulence du virus chez ces animaux, et une plus grande transmissibilité entre personnes plutôt qu’une plus grande pathogénicité du virus.
 
     Auteurs : Xiang Y. et al.
     Source : Science
     Date de publication : 18 décembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 27 décembre 2020)
 
Production de nano-anticorps qui bloquent avec une remarquable efficacité la protéine S du SARS-CoV-2 dans une conformation inactive. Ces nano-anticorps présentent l’avantage de pouvoir être produits à faible coût et administrables par inhalation, ce qui en fait des agents thérapeutiques potentiels intéressants pour traiter les maladies virales à tropisme respiratoire.
 
     Auteurs : Soni D. K. et al.
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 17 décembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 27 décembre 2020)
 
Les auteurs ont analysé le rôle d’un micro-ARN (miR-155) dans les réponses immunitaire et inflammatoire chez l’hôte infecté par le SARS-CoV-2, puis ont étudié l’effet potentiel d’une thérapie anti-miR-155 chez la souris transgénique hACE2. Les résultats obtenus permettent d’envisager la mise au point d’un traitement visant à atténuer la tempête inflammatoire se produisant dans les poumons de sujets infectés.
 
     Auteurs : Kumari P. et al.
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 14 décembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 27 décembre 2020)
 
Description de la pathogénicité du SARS-CoV-2 dans le système nerveux central de la souris transgénique K18-hACE2, avec description des voies plausibles de migration du virus après infection intranasale.
 
     Auteurs : Abdelnabi R. et al.
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 14 décembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 20 décembre 2020)
 
Essais non concluants chez le hamster doré utilisé comme modèle d’un médicament connu pour ses propriétés antivirales à large spectre, y compris sur les coronavirus.
 
NewBNT162b vaccines are immunogenic and protect non-human primates against SARS-CoV-2
     Auteurs : Vogel A. B. et al.
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 11 décembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 20 décembre 2020)
 
Les auteurs décrivent les résultats favorables obtenus chez la souris et le macaque rhésus en utilisant deux candidats vaccins contenant des antigènes dérivés de l’ARN messager codant la protéine de spicule du SARS-CoV-2 et présentés sous forme de nanoparticules lipidiques.
 
     Auteurs : Counoupas C. et al.
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 10 décembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 20 décembre 2020)
 
Résultats sérologiques intéressants en matière de COVID-19 obtenus chez la souris avec un vaccin combinant BCG et protéine de spicule du SARS-CoV-2.
 
     Auteurs : Zhang H. et al.
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 9 décembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 20 décembre 2020)
 
Efficacité d’un anticorps d’origine humaine dirigé contre la protéine de spicule du SARS-CoV-2 administré par voie nasale à des souris, en vue de préparer un spray à usage humain.
 

NewSingle dose immunization with a COVID-19 DNA vaccine encoding a chimeric homodimeric protein targeting receptor binding domain (RBD) to antigen-presenting cells induces rapid, strong and long-lasting neutralizing IgG, Th1 dominated CD4+ T cells and strong CD8+ T cell responses in mice

     Auteurs : Norheim G. et al.
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 9 décembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 20 décembre 2020)
 
Essai chez la souris d’un vaccin à ADN plasmidique codant pour trois unités : une unité se liant aux récepteurs des chimiokines dans les cellules présentatrices d’antigène, une unité de dimérisation dérivée d’un IgG3 humain et une autre à visée antigénique fondée sur la protéine de spicule du SARS-CoV-2.
 
     Auteurs : Cao X. et al.
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 7 décembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 20 décembre 2020)
 
Après avoir fabriqué un lentivirus doté à sa surface du tropisme de la protéine de spicule du SARS-CoV-2, les auteurs montrent que, chez une lignée de souris (type sauvage C57BL/6J), cette protéine peut, à elle seule, avoir un effet pathogène sur les cellules, notamment en induisant une réaction inflammatoire aiguë.
 
     Auteurs : Ho J. S. Y. et al.
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 1er décembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 20 décembre 2020)
 
Essai, chez la souche de souris transgénique hACE2 et le hamster doré, d’un médicament déjà approuvé par la FDA pour son effet inhibiteur de la topoisomérase 1, facteur connu pour activer certains gènes en cas d’infection par des virus ou des bactéries, en vue de supprimer l’effet létal résultant de la cascade inflammatoire induite par le SARS-CoV-2.
 
     Auteurs : Shuai L. et al.
     Source : National Science Review, nwaa291

     Date de publication : 8 décembre 2020 - (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 13 décembre 2020)

Cette publication explore le potentiel du vison comme modèle animal dans le développement des mesures de contrôle de la Covid19, en particulier pour évaluer l’efficacité des vaccins (essai d’immunisation avec un vaccin sous-unité utilisant la protéine de spicule du SARS CoV-2).
 
     Auteurs : Bricker T. L. et al.
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 3 décembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 13 décembre 2020)
 
Protection conférée par un vaccin à adénovirus du chimpanzé codant pour la protéine de spicule du SARS-CoV-2 administré par voie intranasale ou intramusculaire au hamster doré.
 
     Auteurs : Cox R. M. et al.
     Source : Nature Microbiology
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 3 décembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 13 décembre 2020)
 
En utilisant le furet comme modèle, essai d’un médicament antiviral administrable par voie orale (déjà efficace contre les virus influenza) pour traiter l’infection par le SARS-CoV-2, en vue de démontrer son efficacité thérapeutique ainsi que le blocage de la transmission virale.
 
     Auteurs : Rosenke K. et al.
     ource : Emerging Microbes & Infections
     Date de publication : 29 novembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 6 décembre 2020)
 
Selon les auteurs, le hamster doré apparaît comme hautement sensible au SARS-CoV-2, ce qui en fait un modèle idéal pour la mise au point de traitements préventifs ou curatifs contre la COVID-19.
 
     Auteurs : Baum A. et al.
     Source : Science
     Date de publication : 27 novembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 6 décembre 2020)
 
Les auteurs ont évalué l’efficacité d’un cocktail d’anticorps neutralisants ayant pour cible la protéine S du SARS-CoV-2 chez le macaque rhésus et le hamster doré, retenus tous deux comme modèles de l’infection humaine. Ce cocktail, utilisé à titre préventif ou thérapeutique, a conduit à des résultats favorables dans les essais cliniques conduits avec ces deux modèles.
 
     Auteurs : Wang Z-J. et al.
     Source : Emerging Microbes & Infections
     Date de publication : 26 novembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 6 décembre 2020)
 
Candidat vaccin contre le SARS-CoV-2 mis au point par l’Institut des produits biologiques et l’Institut de virologie de Wuhan (R.P. de Chine), dont la faible toxicité, le caractère immunogène conduisant à une persistance des anticorps ainsi que la bonne tolérance ont été étudiés dans plusieurs espèces animales.
 
     Auteurs : Haute Autorité de Santé
     Source : Haute Autorité de Santé
     Date de publication : 25 novembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 13 décembre 2020)
 
Document pédagogique comportant une partie 2 intitulée « Modèles animaux en vaccinologie et dans le contexte de l’infection par le SARS-Cov-2 », qui s’intéresse en particulier aux limitations et problématiques des modèles animaux en matière de COVID-19.
 
     Auteurs : Li W. et al.
     Source : PNAS
     Date de publication : 24 novembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 6 décembre 2020)
 
Efficacité des points de vue prophylactique et thérapeutique d’un anticorps monoclonal humain inhibant le SARS-CoV-2 dans deux modèles souris et un modèle hamster.
 
     Auteurs : Dias de Melo G. et al.
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 22 novembre 2020 - (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 29 novembre 2020)
 
Évaluation des effets de l’ivermectine chez des hamsters dorés auxquels a été inoculé le SARS-CoV-2 par voie intranasale. Sans effet sur la charge virale, cette molécule semble néanmoins prometteuse car il a été observé une atténuation marquée des symptômes de la maladie.
 
     Auteurs : Patel D. R. et al.
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 22 novembre 2020 - (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 29 novembre 2020)
 
Études sur les voies de diffusion du SARS-CoV-2 entre furets et la durée de l’immunité après infection, et évaluation de l’efficacité de leur vaccination par voie intramusculaire.
 
     Auteurs : Jia Q. et al.
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 18 novembre 2020 - (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 29 novembre 2020)
 
Essai d’un vaccin bactérien atténué (dérivé de l’agent responsable de la tularémie et utilisé pour la vaccination contre plusieurs maladies) exprimant des protéines de structure du SARS-CoV-2, et évaluation de son efficacité chez le hamster doré.
 
     Auteurs : Lee J. S. et al.
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 18 novembre 2020 - (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 29 novembre 2020)
 
Evolution des caractéristiques des populations de macrophages présents dans les liquides de lavage broncho-alvéolaire des poumons de furets infectés expérimentalement par le SARS-CoV-2.
 
     Auteurs : Cohen A. A. et al.
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 17 novembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 29 novembre 2020)
 
Les auteurs ont mis au point deux types de vaccins à base de nanoparticules exprimant, pour l’un, le domaine de liaison au récepteur cellulaire du SARS-CoV-2 et, pour l’autre, ce domaine ainsi que celui d’autres bétacoronavirus animaux potentiellement zoonotiques ; puis ils ont examiné le résultat obtenu par vaccination de souris transgéniques.
 
     Auteurs : Solforosi L. et al.
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 17 novembre 2020 - (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 29 novembre 2020)
 
Évaluation comparée de l’immunité obtenue après administration du vaccin Ad26.COV2.S avec ou sans seconde injection chez des macaques rhésus dans la force de l’âge ou bien âgés.

 

     Auteurs : Zheng H. et al.  
     Source : PLOS PATHOGENS
     Date de publication : 12 novembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 22 novembre 2020)
 
Les auteurs montrent que le macaque rhésus s’avère un modèle très intéressant de l’atteinte humaine par la COVID-19, et ce par plusieurs aspects : excrétion virale, lésions de pneumonie interstitielle ainsi que réponses immunitaire et inflammatoire dans le tractus respiratoire.
 
     Auteurs : Brocato R. L. et al.  
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 10 novembre 2020 - (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 22 novembre 2020)
 
Mesure de l’efficacité d’un vaccin à ADN fondé sur la protéine de spicule du SARS-CoV-2 testé sur des hamsters dorés de type sauvage et d’autres ayant reçu transitoirement un traitement immunosuppresseur.
 
     Auteurs : Rathnasinghe R. et al.
     Source : Emerging Microbes & Infections
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 6 novembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 13 décembre 2020)
 
Résultats comparés obtenus après infection par le SARS-CoV-2 de deux lignées de souris transgéniques, et avantages de ces modèles souris par rapport au modèle hamster doré.
 
     Auteurs : Corbett K. S. et al.  
     Source : New England Journal of Medicine
     Date de publication : 15 octobre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 22 novembre 2020)
 
Résultats positifs obtenus après administration d’un candidat vaccin à ARN messager du SARS-CoV-2 chez des macaques rhésus.
 
     Auteurs : Kaptein S. J. F. et al.
     Source : PNAS
     Date de publication : 9 octobre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 6 décembre 2020)
 
En utilisant le hamster comme modèle, les auteurs démontrent que l’efficacité antivirale du favipiravir ne peut être obtenue qu’avec administration d’une dose élevée de ce médicament. L’hydroxychloroquine quant à elle ne montre aucune activité antivirale.
 
     Auteurs : Bertzbach L. D. et al.
     Source : Transboundary and Emerging Diseases
     Date de publication : 18 septembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 29 novembre 2020)
 
Les auteurs considèrent que le hamster de Chine est un meilleur modèle que le hamster doré pour étudier la COVID-19 : signes cliniques et lésions plus marqués, connaissance de son génome et outils moléculaires disponibles.
 
     Auteurs : Hartman A. L. et al.
     Source : PLOS PATHOGENS
     Date de publication : 18 septembre 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 6 décembre 2020)
 
L’étude fournit des informations sur la pathogénicité d’un isolat du SARS-CoV-2 inoculé au vervet. Les résultats obtenus conduisent les auteurs à considérer que cet animal constitue un modèle intéressant pour évaluer des vaccins ou des médicaments.
 
     Auteurs : Cross R. W. et al.
     Source : Virology Journal
     Date de publication : 18 août 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 29 novembre 2020)
 
Utilisation du singe grivet comme modèle de la COVID-19, infecté par voies intranasale et intratrachéale avec du SARS-CoV-2 et résultats obtenus.
 
     Auteurs : Chandrashekar B. et al.  
     Source : Science
     Date de publication : 14 août 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 22 novembre 2020)
 
 Article démontrant expérimentalement que des macaques rhésus guéris de la COVID-19 et soumis à une nouvelle épreuve virulente disposent d’une immunité protectrice contre le SARS-CoV-2.
 
     Auteurs : Yu J. et al.  
     Source : Science
     Date de publication : 14 août 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 22 novembre 2020)
 
Résultats positifs obtenus après administration d’un candidat vaccin à ADN exprimant différents variants de la protéine de spicule du SARS-CoV-2 chez des macaques rhésus.
 
     Auteurs : Mercado N. B. et al.  
     Source : Nature
     Date de publication : 30 juillet 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 22 novembre 2020)
 
Protection conférée chez des macaques rhésus par l’administration d’une seule dose d’un candidat vaccin recombinant à adénovirus exprimant la protéine de spicule du SARS-CoV-2.
 
     Auteurs : Shan C. et al.
     Source : Cell Research
     Date de publication : 7 juillet 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 6 décembre 2020)
 
Démonstration de la sensibilité du macaque rhésus au SARS-CoV-2.

     Auteurs : Williamson B. N. et al.  
     Source : Nature
     Date de publication : 9 juin 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 22 novembre 2020)
 
Effets du remdesivir administré à des macaques rhésus infectés par le SARS-CoV-2, du point de vue des signes cliniques, de l’excrétion du virus et des lésions anatomopathologiques.
 
     Auteurs : van Doremalen N. et al.  
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 13 mai 2020 - (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 22 novembre 2020)
 
 Essai d’un vaccin à adénovirus codant pour la protéine de spicule du SARS-CoV-2 chez des macaques rhésus, conduisant à une charge virale moindre dans les fluides de lavage bronchoalvéolaire et dans le tissu du tractus respiratoire des animaux vaccinés par rapport aux contrôles, avec absence de pneumonie chez les premiers.
 
     Auteurs : Bao L. et al.
     Source : Nature
     Date de publication : 7 mai 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 6 décembre 2020)
 
Résultats obtenus par injection intranasale du SARS-CoV-2 à une lignée de souris transgéniques exprimant le récepteur cellulaire ACE2 humain.
 
     Auteurs : Bao L. et al.  
     Source : bioRxiv
     Date de soumission en vue de publication (article en cours d’évaluation) : 1er mai 2020 - (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 22 novembre 2020)
 
Des anticorps neutralisants dirigés contre le SARS-CoV-2 protégeraient des macaques rhésus une première fois infectés, d’une réinfection durant les premiers jours suivant leur guérison.
 
     Auteurs : Chan J. F-W. et al.
     Source : Clinical Infectious Diseases
     Date de publication : 26 mars 2020 – (mis en ligne sur le site de l’AEEMA le 6 décembre 2020)
 
Arguments scientifiques en faveur de l’utilisation du hamster doré comme modèle pour étudier différents aspects de l’infection par le SARS-CoV-2.
 
 

 

Aller à :

 

Accueil : COVID-19 et monde animal

 

Thème 1 : Le SARS-CoV-2 au sein des Coronavirus

Thème 2 : COVID-19 et animaux sauvages

Thème 3 : COVID-19 et animaux de compagnie

Thème 4 : COVID-19 et animaux de production