Il y a 382 entrées dans ce glossaire.
Chercher des termes du glossaire
Commence par Contient Terme exact Se prononce comme
Tout A B C D E F G H I L M N O P Q R S T U V Z
Terme
DIFFUSION D’UNE MALADIE

DIFFUSION D’UNE MALADIE (angl. spread of a disease) (esp. propagacion de una enfermedad) (ital. propagazione di una malattia) (portug. proagaçao de uma doença) (roum. difuzarea unei boli )

            Progression dans l’espace d’une maladie au sein d’une population.

            Remarque 1 : la progression dans l’espace d’une maladie varie beaucoup en fonction de son « mode habituel » de transmission : nécessité d’un contact direct ou indirect à courte distance (en raison notamment de la fragilité de l’agent pathogène dans le milieu extérieur), existence de vecteurs ailés ou d’hôtes sauvages, notamment des oiseaux migrateurs, transport à longue distance  de sujets en incubation ou de produits contaminés, transport éolien, etc. Lorsqu’elle se fait de proche en proche (exemples : la rage vulpine en Europe dans les années 1960-1975, l’infection à virus Schmallenberg en France en 2011…), certains utilisent l’expression de « propagation de la maladie » ; au contraire, quand elle procède par bonds (exemples : foyers de fièvre aphteuse en Europe occidentale en 2001, SRAS dans le monde…), l’expression « dissémination de la maladie » peut être employée.

            Remarque 2 : elle diffère de la « transmission d’une maladie » (qui est considérée à l’échelon individuel), car il s’agit ici d’une perception globale à l’échelle d’une population.

            Remarque 3: une même maladie peut soit diffuser généralement de proche en proche en raison du comportement de l’hôte principal (le renard dans la rage vulpine) ou du vecteur (Culicoides dans la fièvre catarrhale ovine), soit tantôt diffuser ainsi et tantôt parcourir de grandes distances : la peste porcine africaine, se propageant au sein de populations de sangliers ou faisant un saut de plusieurs milliers de kilomètres à cause d’eaux grasses de compagnies d’aviation ou de navigation.

            Remarque 4 : la diffusion d’une maladie dans une population dépend également fortement du degré de réceptivité ou de résistance (spontanée ou acquise, naturellement ou par vaccination) des populations exposées. Lors d’arrivée d’un agent épidémique ou épizootique dans une population réceptive vierge de tout contact antérieur avec cet agent, la diffusion est maximale : exemple : sérotype 8 de fièvre catarrhale ovine ayant envahi plusieurs pays d’Europe occidentale en 2006-2007. La circulation du même agent pathogène, dans une population vaccinée ou ayant déjà été atteinte par cet agent, est beaucoup plus limitée et peut même, dans certains cas, s’annuler et aboutir à l’éradication de la maladie ; exemple : ce même virus a disparu de ces pays après une vaccination très large, associée à l’immunité spontanée résultant de la première épizootie.

            Voir transmission d’une maladie