Juillet 2020 : Alexis Delabouglise vous parle de l'article « Modeling Dynamic Human Behavioral Changes in Animal Disease Models: Challenges and Opportunities for Addressing Bias » de Hidano A. et al.

 

Chaque mois, un épidémiologiste francophone met en avant un article scientifique de son choix. adelabouglise

Ce mois-ci, Alexis Delabouglise, chargé de recherche dans l'UMR CIRAD-INRAE Astre (https://umr-astre.cirad.fr/) vous propose l'article "Modeling Dynamic Human Behavioral Changes in Animal Disease Models: Challenges and Opportunities for Addressing Bias" écrit par Hidano et al. et publié dans Frontiers in Veterinary Science en 2018.

Cet article est disponible ici

 

Pouvez-vous nous résumer brièvement l’article ?

Cette revue de littérature dresse un tableau des principales approches méthodologiques utilisées pour appréhender les changements de comportements humains en réponse aux risques de maladies du bétail et intégrer ces changements dans les modèles épidémiologiques. Jusqu’à présent les modèles mathématiques de diffusion des maladies utilisés en sciences vétérinaires n’ont pas pris en compte ces changements dont l’impact peut cependant s’avérer décisif pour le succès des interventions mises en œuvre. Pour donner un exemple, la commercialisation du bétail peut contribuer à la diffusion des pathogènes à d’autres élevage, et la mise en vente des animaux peut être influencée par la survenue des foyers de maladie et l’anticipation de mesures de contrôle (Tago et al. 2016, Darbon et al. 2018). Les auteurs utilisent une classification des facteurs de décision des éleveurs en lien avec les évènements épidémiologiques qui reprend en partie celle de Funk et al. (2010) : source de l’information (locale ou globale) et nature de l’information (risque réel ou risque perçu). Ils rendent compte de la complexité des recherches comportementales, notamment la difficulté à appréhender la façon dont la perception du risque affecte les comportements des éleveurs lorsque de nombreux autres facteurs rentrent en jeu, comme les normes sociales ou l’attitude personnelle vis-à-vis des mesures de contrôle. Enfin ils distinguent deux types de modèles utilisés pour prédire les dynamiques comportementales, les modèles dits économiques et psychologiques, chacun ayant ses propres avantages et limites.

 

Pourquoi avoir choisi de mettre en avant cet article ?

L’article souligne plusieurs limites majeures des travaux entrepris jusqu’à présent et donne des recommandations très utiles pour les futures recherches. Les enquêtes empiriques, souvent conduites à l’aide de questionnaires, révèlent des liens entre caractéristiques et expériences personnelles des répondants et leur attitude vis-à-vis d’un comportement donné. Mais elles renseignent peu sur la probabilité que ledit comportement soit appliqué en pratique, car il existe des biais importants entre l’intention et l’action. D’autre part les recherches tendent à se focaliser sur une maladie donnée et une pratique bien définie, dont l’impact est jugé élevé par les chercheurs ou les commanditaires des études ; par exemple la vaccination, certaines mesures de biosécurité, ou l’utilisation d’antimicrobiens. En réalité, les éleveurs ont un riche panel de pratiques d’élevage qu’ils peuvent modifier en réponse à l’ensemble des changements épidémiologiques auxquels ils font face : par exemple, la taille et la composition démographique de leur troupeau, le choix des fournisseurs, la mise en vente ou l’abattage des animaux et toutes ces variables comportementales sont mutuellement corrélées (Garforth 2015, Delabouglise and Boni 2019). L’influence excessive des présupposés des chercheurs et experts est à remettre en question. Comme le disait l’économiste Abraham Maslow, « quand on a un marteau entre les mains, on a tendance à voir tous les problèmes sous la forme de clous ». Les auteurs recommandent donc de privilégier les études longitudinales combinant l’observation d’évènements épidémiologiques et le recueil de données suffisamment exhaustives sur la conduite des élevages et la perception des éleveurs.

 

Y a-t-il des points abordés dans l’article qui vous ont laissé perplexe ou que vous auriez aimé voir plus développés ?

On peut regretter que les auteurs se soient focalisés sur les changements de comportement spécifiques aux éleveurs d’animaux de production. De nombreux systèmes d’élevage, notamment les systèmes avicoles et aquacoles intensifs, présentent une intégration poussée de la chaine de valeur et les éleveurs ont un pouvoir de décision limité sur la gestion de leur élevage. Même dans les systèmes semi-commerciaux, les éleveurs sont très dépendants des injonctions de leurs clients et fournisseurs qui exercent une pression économique forte. De manière générale, la réaction des consommateurs aux risques sanitaires semble être un déterminant majeur de la réponse de l’industrie agroalimentaire. On peut citer l’exemple de la crise de l’encéphalopathie spongiforme bovine et celle de l’influenza aviaire hautement pathogène, qui se sont traduites par une diminution de la demande en produits bovins et avicoles respectivement ainsi qu’une exigence de renforcement des normes de biosécurité (Taylor et al. 2016, Beach et al. 2008).

 

Merci à Alexis Delabouglise Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  pour sa contribution.

Vous aussi souhaitez proposer un article scientifique pour cette rubrique ? Consultez les recommandations et envoyez-nous votre contribution.

A noter qu’il n’y a pas de comité de lecture pour cette rubrique et que le contenu n’engage que le contributeur du mois.

 

You have no rights to post comments