Novembre 2017 : Carole Sala vous parle de l'article « Where are the horses ? With the sheep or cows? Uncertain host location, vector-feeding preferences and the risk of African horse sickness transmission in Great Britain » de Lo Iacono et al.

Chaque mois, un membre de l’AEEMA met en avant un article scientifique de son choix. 

Ce mois-ci, Carole Sala, chargée d’activités de recherche à l'Anses de Lyon, vous propose l’article «Where are the horses ? With the sheep or cows? Uncertain host location, vector-feeding preferences and the risk of African horse sickness transmission in Great Britain» écrit par Lo Iacono et al. et publié dans Journal of the Royal Society Interface en 2013. 

Cet article est disponible ici

 

Pouvez-vous nous résumer brièvement l’article ?

Cet article se propose d’étudier quelle pourrai(en)t être le(s) schéma(s) de transmission/diffusion de la peste équine en Grande Bretagne. Il soulève ainsi la problématique de l’absence de connaissance des densités locales de l’espèce hôte, les équidés, et du rôle des hôtes non sensibles (bovins et ovins) dans la dynamique de la maladie. L’approche utilisée par les auteurs pour obtenir des cartes de densité des chevaux est originale : les densités sont simulées à partir de la localisation des propriétaires enregistrés dans la base d’identification des équidés en se basant sur les données d’une enquête permettant de connaitre, pour un certain nombre de propriétaires, la localisation de leurs chevaux. Cette approche leur permet d’obtenir des cartes réalistes et fines de distribution des équidés. Par la suite, le risque d’épizootie est évalué via le calcul du nombre reproductif de base (R0) sous différents scénarii et saisons en fonction des préférences alimentaires du vecteur, des densités des vecteurs, hôtes non sensibles et équidés et de l’usage de la vaccination. Au final, ils concluent sur l’importance de l’évaluation réaliste de la densité des hôtes sensibles (équidés) pour une évaluation correcte du risque en lien avec la densité et les préférences alimentaires du vecteur.

 

Pourquoi avoir choisi de mettre en avant cet article ?

Cet article soulève la problématique du manque de connaissances démographiques en filière équine tant dans le nombre que dans la localisation des équidés. Ce problème concerne tous les pays en raison du statut particulier du cheval, entre animal de rente et animal de compagnie, et d’une absence d’obligation de traçabilité des mouvements. Ce manque de connaissances pose un vrai problème en recherche pour l’étude des modèles de diffusion mais également sur le terrain, pour le suivi sanitaire, la mise en place et l’évaluation des plans de surveillance et de lutte. Cet article fait partie d’un ensemble de travaux menés en Grande Bretagne visant à faire le point sur et à augmenter les connaissances démographiques des équidés. Ce qui est intéressant dans cet article est la méthode utilisée pour évaluer la densité des équidés qui fait usage de données collectées en routine (base d’identification) mais incomplètes couplées aux données d’enquête, complètes mais non exhaustives. Ce travail sur la complémentarité des sources de données, et leur intérêt pour la surveillance épidémiologique est intéressant et transposable à d’autres pays, la plupart des pays européens disposant de ce type de données (réglementation européenne).

 

Y a-t-il des points abordés dans l’article qui vous ont laissé perplexe ou que vous auriez aimé voir plus développés ?

Aucun

 

Merci à Carole Sala ( Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ) pour sa contribution.

Vous aussi souhaitez proposer un article scientifique pour cette rubrique ? Consultez les recommandations et envoyez-nous votre contribution.

A noter qu’il n’y a pas de comité de lecture pour cette rubrique et que le contenu n’engage que le contributeur du mois.

You have no rights to post comments