1992-22 Texte complet

 

Editorial

Toma (B)

 

SITUATION EPlDEMlOLOGlQUE EN 1991

 

La maladie d'Aujeszky en France en 1991

Toma (B), Buffereau (J-P), David (C), Michel (B), Guillotin (J), Martin (D), Salhgardes (F), Rose (R), Lery (L), Leforban (Y), Eloit (M), Picard (M) & Tkaczuk-Moquay (V)

Dans les lignes qui suivent, le bilan de la situation épidémiologique de la maladie d'Aujeszky en France en 1991 est présenté à l'aide de tableaux et de figures. Les indicateurs utilisés montrent que la situation en 1991 a peu évolué par rapport à celle de 1990.

 

Bilan de la lutte contre la leucose bovine enzootique en France en 1991

Dufour (B)

Le bilan de la lutte contre la leucose bovine enzootique en France en 1991 est présenté à l'aide de tableaux et de figures. Les indicateurs utilisés permettent de penser que l'amélioration de la situation observée au cours des dernières années s'est poursuivie en 1991.

 

La rage en France et en Europe en 1991

Aubert (M)

La situation de la rage en France et en Europe en 1991 est présentée à l'aide de cartes, de tableaux et de graphiques. Quelques acquisitions scientifiques ou techniques faites au cours de l'année, en relation avec l'épidémiologie ou la prophylaxie de cette maladie, sont ensuite développées.

 

La brucellose en France en 1991

Ganière (J-P)

Les taux de prévalence annuelle d'infection des cheptels par la brucellose en 1991 ont été de 0,52 p. cent pour les bovins, 0,42 p. cent pour les caprins et 2,18 p. cent pour les ovins. Ces chiffres montrent que la situation de la brucellose animale continue de s'améliorer lentement.

 

La lutte contre la tuberculose bovine en France en 1991

Bénet (J-J)

En 1991, 475.000 cheptels bovins, soit 19,3 millions de bovins, ont été soumis à la prophylaxie de la tuberculose. Le pourcentage de prévalence annuelle des cheptels infectés a été de 0,31, celui de la prévalence instantanée au 31 décembre de 0,17, celui de l'incidence annuelle de 0,155. Le taux d'incidence des animaux infectés a été de 3 pour dix mille. La proportion de saisies portant sur des bovins non marqués est de 22,8 %. La proportion des saisies totales sur l'ensemble des saisies est de 18,6 %. La situation est très favorable dans un grand nombre de départements français. La lutte doit porter en priorité sur la qualité des contrôles sanitaires à l'introduction, et comporter par conséquent des indicateurs permettant d'évaluer la qualité de l'application de cette mesure.

 

JOURNEE DU 21 MAI 1991

 

Le réseau national téléinformatique de surveillance et d'information sur les maladies transmissibles : 7 ans d'expérience

Garnerin (P), Saïdi (Y) & Valleron (A-J)

Cet article décrit l'organisation et le fonctionnement du réseau national téléinformatique de surveillance et d'information sur les maladies transmissibles en France. Les aspects administratifs, humains et techniques sont passés en revue. Le réseau réunit 500 médecins-généralistes sentinelles, 100 Directions départementales de l'action sanitaire et sociale, la Direction générale de la santé du Ministère de la Santé et divers centres de référence. La discussion présente l'évolution du fonctionnement de l'ensemble.

 

ARTICLES D'EPIDEMIOLOGIE

 

Le point sur l'encéphalose hépatique équine en France

Zientara (S), Plateau (E), Trap (D) & Fontaine (J-J)

A partir du mois de mai 1992, une maladie mortelle a frappé la population de poulinières de l'ouest de la France. Les signes cliniques observés et les examens de laboratoire ont confirmé qu'il s'agissait d'un syndrome d'encéphalose hépatique dans lequel l'atteinte du foie semblait primitive. Cet article présente les différentes recherches mises en œuvre afin de déterminer l'origine de cette maladie ainsi que l'enquête entreprise afin d'en préciser l'épidémiologie. Les données épidémiologiques, les résultats des examens microbiologiques et les analyses toxicologiques semblent conforter l'hypothèse d'une cause alimentaire ou nutritionnelle.

 

Enquête nationale sur l'épreuve de l'anneau sur lait de mélange destinée au dépistage de la brucellose bovine (juin 1991 - novembre 1991)

Durand (B), Garin-Bastuji (B), Dufour (B), Moutou (F), Coton (T), Broardelle (M) & Damour (M)

A la suite de remontées d'informations de terrain, signalant un excès de réactions positives à l'épreuve de l'anneau sur lait de mélange, une enquête rétrospective a été effectuée afin d'objectiver les résultats du dépistage de la brucellose bovine en troupeaux laitiers, sur l'ensemble du territoire français et pour une période de 6 mois. Elle a permis de mettre en évidence un nombre important de réactions faussement positives. A l'analyse, le caractère excessif de ces réactions (au moins en partie prévisibles, vu la faible prévalence de l'infection) est apparu essentiellement lié au critère de positivité : en n'attribuant de signification qu'à deux résultats mensuels positifs consécutifs, les performances de l'épreuve de l'anneau pour le dépistage de la brucellose apparaissent tout fait correctes.

 

Une méthode pour étudier les facteurs agissant sur l'évolution des taux cellulaires de lait de troupeau

Chatelin (Y-M) & Lopez (C)

Cette étude, réalisée a posteriori sur des données anciennes, a permis de proposer une méthode d'analyse des profils de taux cellulaires bimestriels de troupeau qui prend en compte la corrélation entre les contrôles. Un modèle polynomial est posé dont les paramètres sont estimés à partir des données pour chaque niveau des facteurs étudiés. Un modèle quadratique d'évolution est retenu et les facteurs sont testés simultanément conditionnellement à ce modèle. Une typologie de groupe à "risque" est proposée.

 

Incidence des mammites cliniques sur les courbes de lactation des vaches laitières

Luquet (F), Calavas (D) & Bugnard (F)

Dans le cadre d'une enquête portant sur les incidences économiques des pathologies en élevage bovin laitier, les associations entre mammites cliniques et productions laitières ont été étudiées sur 1.769 lactations de 1.168 Frisonnes et Montbéliardes, suivies de décembre 1987 à juin 1990 dans 26 troupeaux du Sud-Est de la France. Les productions de lait individuelles ont été enregistrées par les éleveurs selon un protocole de pesées hebdomadaires. 607 épisodes de mammites cliniques ont été observés par les vétérinaires ou les éleveurs sur 452 lactations. Un comptage leucocytaire a été réalisé chaque mois pour l'ensemble des lactations étudiées. Les chutes de production laitière consécutives aux épisodes de mammites cliniques ont été mises en évidence grâce à l'étude des résidus d'un modèle ajustant chaque courbe de lactation corrigée des effets saisonniers : ces baisses de performance ont été estimées sur une période de 17 semaines couvrant la semaine de l'épisode clinique, les 8 semaines précédentes et les 8 semaines suivantes. L'étude des déviations moyennes montre que les chutes de production s'étalent sur près de six semaines, tout en démarrant deux semaines avant l'observation clinique. Ces moyennes cachent des disparités importantes étudiées à l'aide d'une étude morphologique des comptages leucocytaires, par analyse en composantes principales et classification. Il existe une association entre l'évolution des taux leucocytaires intra-mammaires durant la période de 17 semaines encadrant l'observation des mammites et l'importance des chutes de lait. Ce résultat semble montrer que l'incidence des mammites cliniques sur la courbe de lactation varie selon la nature de l'infection intra-mammaire, typée indirectement par l'évolution du taux leucocytaire.

 

INFORMATIONS

 

Approche écopathologique de la composante nutritionnelle des troubles de santé chez la vache laitière

Barnouin (J)

 

L'épidémiologie est l'étude des "épidémies" et de leur prévention. Amer. J. Epidemiol., 1991,134, 1051-1056

Kuller (L-H)